Accueil Culture Pierre Le Vigan en quelques mots

Pierre Le Vigan en quelques mots

Pierre Le Vigan est né en 1956. Issu d’un milieu populaire, il a bénéficié de la qualité de l’école publique des années 1960-70, et de la gratuité de l’Université. Il est trés attaché à ces deux aspects : que la nation offre à tous un enseignement de qualité et gratuit.
Sa formation couvre une large palette. Urbaniste (DESS de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, DEA de l’EHESS et CEA d’Ecole d’architecture, il a aussi obtenu une maitrise d’Administration économique et sociale, une licence d’histoire (Paris 1), un DESU de psychopathologie (Paris VIII Saint Denis). Il travaille dans le logement social. En parallèle, depuis plus de 30 ans, il a écrit dans de nombreuses revues (Eléments, Perspectives Libres, la Nouvelle Revue d’Histoire, Nouvelle Ecole, Krisis, le Spectacle du Monde, …), dans des revues électroniques (Philitt, livr’ arbitre, contrelittérature, …) et dans des revues de phénoménologie.

C’est un spécialiste de l’histoire des idées et de la philosophie (il a écrit sur Clément Rosset, Friedrich Nietzsche, Martin Heidegger, Françoise Dastur, Alain de Benoist, Rémi Brague, Pierre Manent, Alain Caillé, Serge Latouche, Jean Prévost, Jean Giono, George Orwell, Albert Camus, Walter Benjamin,…). Il a aussi publié des textes sur la phénoménologie et la psychologie (voir son ouvrage Le malaise est dans l’homme). Il a écrit conjointement (voir ses Carnets : Le front du cachalot, Chronique des temps modernes, La tyrannie de la transparence, Soudain la postmodernité…) sur le cinéma, la peinture, la sexualité, la politique, la cosmologie.
Le Spectacle du monde, sous la plume de François-Laurent Balssa, a publié un portrait de lui ( »Pierre Le Vigan, un urbaniste chez les philosophe », janvier 2012). Le Vigan a développé une critique du capitalisme comme réification de l’homme, un refus de l’idéologie et de l’imaginaire productivistes, du culte de la croissance, de l’idéologie du progrès, de la destruction des peuples et des cultures par l’uniformisation marchande et par la transplantation, plus ou moins forcée, et généralement traumatique, des populations. Le revers du mondialisme est, selon lui, le communautarisme (revue Perspectives libres, 15, 2015).
Essayiste d’une curiosité peu commune, il affirme : « Un travailleur intellectuel n’appartient pas plus à un courant d’idées qu’un bateau n’appartient au fleuve qu’il emprunte. Ses idées peuvent croiser celles d’un courant. Il peut, fort heureusement, y avoir des fécondations réciproques entre idées. Mais un travailleur intellectuel est avant tout responsable devant lui-même de ses idées et du chemin de pensée qui est le sien » (Carnets). Il a tenu dans Éléments un bloc-notes politique, littéraire, philosophique qui paraissait, justement, sous le nom de « Carnets ». Ces carnets ont été regroupés avec d’autres textes dans Le front du cachalot (2009), un titre qui fait référence à ’’Moby Dick’’ d’Herman Melville. Il a aussi utilisé les pseudonymes de Noël Rivière et de Fabrice Mistral. Il a créé avec des amis l’association éditrice La Barque d’Or. Ses derniers ouvrages sont Métamorphoses de la ville et Face à l’addiction.
L’auteur a participé à diverses émissions de radio, à TV Libertés, et au site Boulevard Voltaire.

Ouvrages :
1. Inventaire de la modernité, avant liquidation : au delà de la droite et de la gauche : études sur la société, la ville, la politique (préf. Alain de Benoist), Avatar, « Polémiques », 2007 (SUDOC 130699098).
2. La Patrie, l’Europe et le Monde : éléments pour un début sur l’identité des Européens (dir. avec Jacques Marlaud), Dualpha, 2009 (SUDOC 133242161).
3. Le Front du Cachalot : carnets de fureur et de jubilation (préf. Michel Marmin), Dualpha, 2009.
4. La Tyrannie de la transparence : carnets II (préf. Arnaud Guyot-Jeannin), L’Aencre-Dualpha, 2011 (SUDOC 157765989).
5. Le malaise est dans l’homme : psychopathologie et souffrances psychiques de l’homme moderne (préf. Thibault Isabel), Avatar, 2011.
6. La Banlieue contre la ville : comment la banlieue dévore la ville, La Barque d’Or, 2011 (ISBN 978-2-9539387-0-8 (notice BnF n°FRBNF42539340).
7. Écrire contre la modernité, La Barque d’Or, 2012 (notice BnF no FRBNF42700054).
8. Chronique des temps modernes, La Barque d’Or, 2014 (notice BnF no FRBNF43756341).
9. L’Effacement du politique : philosophie politique et genèse de l’impuissance politique de l’Europe (préf. Éric Maulin), La Barque d’Or, 2014 (notice BnF no FRBNF43807908).
10. Soudain la postmodernité : de la dévastation certaine d’un monde au possible surgissement du neuf (préf. Christian Brosio), La Barque d’Or, 2015 (notice BnF no FR-BNF44339206). Code ISBN-13 : 9781980231417, Amazon.
11. Métamorphoses de la ville, de Romulus à Le Corbusier, éd. La Barque d’Or avec Pierre Le Vigan, diffusion Amazon, septembre 2017,
ISBN-13: 978-1549785719.
12. Face à l’addiction, éd. La Barque d’Or avec Pierre Le Vigan, diffusion Amazon, février 2018, ISBN-13 : 9781980225072.

Contributions :
1. Le Mai 68 de la Nouvelle Droite, Paris, Éditions du Labyrinthe, 1998.
2. Arnaud Guyot-Jeannin (éd.), Aux sources de l’erreur libérale, pour sortir de l’étatisme et du libéralisme, L’Âge d’Homme, 1999.
3. Arnaud Guyot-Jeannin (éd.), Aux sources de la droite, pour en finir avec les clichés, L’Âge d’Homme, 2000.
4. Michel Marmin (éd.), Liber Amicorum Alain de Benoist, Paris, Les Amis d’Alain de Benoist, 2004.
5. Face à la crise, une autre Europe, Synthèse nationale, 2012.
6. Thibault Isabel (éd.), Liber Amicorum Alain de Benoist II, Paris, Les Amis d’Alain de Benoist, 2013.

 

Préfaces :
1. Patrick Brunot, Arrêt sur lectures, Dualpha, 2010.
2. Philippe Randa, Sous haute surveillance politique, Dualpha, 2011.
3. Georges Feltin-Tracol, L’esprit européen entre mémoires locales et volonté continentale, Héligoland, 2011.
4. Arnaud Guyot-Jeannin, L’avant garde de la tradition dans la culture, Pierre-Guillaume de Roux, 2016 (notice BnF no FRBNF45174598).
5. Nicolas Bonnal, Le choc Macron. Les antisystèmes sont-ils nuls ? 2017 (ISBN-13: 978-1521364413).

 

A Propos Pierre Le Vigan

Consulter aussi

La postmodernité. Un entretien avec Philitt, site de philosophie et de littérature

Philitt http://www.philitt.fr http://www.la-barque-d-or.centerblog.net labarquedor [arobase] gmail.com « La postmodernité c’est l’excès inverse de la modernité …